Les Douze Elus de Zeus

de Liliane CESARI

Auteur aux Editions PHENIX D'AZUR

Et pour les amateurs de POLARS :

 

RenĂ© LEGAL  

Claude ICONOMOU

 

  

 

Mon blog :   lilianecesari.blogspot.fr               

Ma plate-forme "AUTEUR" sur  AMAZON

Rejoignez-moi sur  :    FACEBOOK

LES DOUZE ELUS DE ZEUS

SĂ©rie romancĂ©e en douze volumes, LES DOUZE ELUS DE ZEUS promĂšne le lecteur dans le temps et l’espace, du monde des dieux au monde des hommes, de la GrĂšce classique Ă  la GrĂšce mycĂ©nienne, de l’empire hittite Ă  l’empire Ă©gyptien, de Marathon Ă  Babylone, de Madagascar au Yucatan, de l’Olympe grec au Xibalba maya et au Mictlan aztĂšque
 À travers des Ă©poques, des civilisations, des cultures, des lieux diffĂ©rents, la lĂ©gende cĂŽtoie l’Histoire, faisant Ă©merger du passĂ© les racines mĂȘmes de nos sociĂ©tĂ©s modernes. 

Livre III : GEMINI, les Dioscures

De 521 Ă  436 avant J-C. Ă  Babylone, en GrĂšce et Ă  Madagascar. 

DĂ©but du XVIĂšme siĂšcle Ă  Madagascar, Ă  Hispaniola, Ă  Cuba et Ă  Mexico-Tenochtitlan.      

 

Tandis que Darius, puis son fils XerxĂšs sont vaincus par les Grecs lors des Guerres MĂ©diques, le premier Ă  Marathon, le second Ă  Salamine puis Ă  PlatĂ©es, la vie de Castor et Pollux est bouleversĂ©e par la rĂ©vĂ©lation d’un terrible secret. C’est alors que les Ă©vĂ©nements semblent se prĂ©cipiter jusqu’au drame final. Un tremblement de terre en Laconie, doublĂ© d’un soulĂšvement des MessĂ©niens contre le joug de Sparte, dĂ©clenchent la TroisiĂšme Guerre de MessĂ©nie. Au moment oĂč tout paraĂźt perdu, Pollux, refusant d’accepter l’inĂ©luctable, en appelle Ă  Zeus dont l’intervention divine propulsera nos deux hĂ©ros en 1500, Ă  l’époque des grands voyages de dĂ©couvertes, d’abord sur l’üle de Madagascar, puis sur l’üle de Cuba, Ă  Hispaniola et enfin Ă  Mexico-Tenochtitlan, oĂč va se jouer l’immortalitĂ© de Castor et Pollux. 

 

GEMINI, c’est un pĂ©riple Ă  travers la dualitĂ© : deux Ă©poques, deux univers distincts mais indissolublement liĂ©s, comme les jumeaux rĂ©incarnĂ©s que Zeus, pour exaucer le vƓu de Pollux, ressuscita dans une double constellation dont chaque moitiĂ© brille Ă  tour de rĂŽle dans le ciel.

Livre II : TAURUS, la Génisse Sacrée (novembre 2013)

 MycĂšnes, 1200 avant J-C. Surpris en flagrant dĂ©lit d’adultĂšre par sa femme, Zeus transforme in extremis en gĂ©nisse sa maĂźtresse Io, princesse d’Argos. Lorsqu’HĂ©ra dĂ©couvre la supercherie, elle envoie aussitĂŽt la Vengeance NĂ©mĂ©sis Ă  la poursuite de sa rivale, sous la forme d’un taon qui va la pourchasser sans rĂ©pit. DĂ©bute alors pour Io, la GĂ©nisse SacrĂ©e, un voyage initiatique qui se terminera en Egypte. Pendant ce temps, au nord de l’Europe, des cataclysmes naturels provoquent des exodes massifs de populations. Les Doriens envahissent le PĂ©loponnĂšse, et les « Peuples de la Mer » investissent le Levant par vagues successives qui viendront finalement Ă  bout des trois puissances dominantes : l’Egypte rĂ©siste mais entame une lente dĂ©cadence ; l’empire hittite s’effondre, minĂ© par les incursions rĂ©pĂ©tĂ©es des « Peuples de la Mer » venus de l’ouest et par les dissensions internes l’opposant Ă  ses Ă©tats vassaux, tandis que la civilisation mycĂ©nienne sombre dans les « SiĂšcles Obscurs ». Au cours de son pĂ©riple, notre vache croisera le chemin d’Agamemnon parti en guerre contre Wilusa Ă  la tĂȘte des AchĂ©ens. Son Ă©quipĂ©e accompagnera les pĂ©ripĂ©ties de la guerre et le retour d’Odysseus Ă  Ithaque. En Egypte, Io donnera naissance Ă  Epaphos, « l’Apis » fils de Zeus-Amon qui rĂšgnera sous le nom de RamsĂšs IV. HonorĂ©e sous le nom d’Isis, Io sera mise par Zeus au rang des constellations. Taurus, c’est l’intrusion du mythe dans la rĂ©alitĂ©, sur fond de conquĂȘtes guerriĂšres et de mouvements migratoires. C’est l’émergence des grands voyages maritimes et commerciaux, oĂč les hommes partent Ă  l’aventure en MĂ©diterranĂ©e pour fonder des comptoirs et mĂȘler leurs cultures aussi bien que leurs dieux, leurs cultes et leurs rites.

Livre I : ARIES, la mission de Chrysomallos (janvier 2013)

 

370 avant J-C.

GrĂšce, 370 av. J.C.  

 ARIES, c'est le destin de Chrysomallos, le bĂ©lier Ă  la toison d'or fils de PosĂ©idon, et de trois rois lĂ©gendaires dont les actions conjuguĂ©es dĂ©termineront la mission que Zeus sera amenĂ© Ă  lui confier.

 Ixion, roi de Larissa, conspire avec son pĂšre PhlĂ©gyas, roi d'OrchomĂšne, pour usurper le trĂŽne de Jason, tyran de PhĂšres, et s'emparer du titre de Tagos de la ConfĂ©dĂ©ration thessalienne. AprĂšs s'ĂȘtre assurĂ© l'alliance de DĂ©ionĂ©e, roi d'Oechalie, par son union avec sa fille Dia, il se parjurera et, poursuivi par la malĂ©diction de son beau-pĂšre, entraĂźnera son propre pĂšre dans sa chute. Tandis qu'Athamas, gĂ©nĂ©ral de PhlĂ©gyas, pactise avec Zeus pour monter sur le trĂŽne d'OrchomĂšne, Cadmos, fils du roi de Tyr parti en quĂȘte de sa sƓur Europe, fondera ThĂšbes sur les conseils de la Pythie. FrappĂ©e d'une malĂ©diction divine, sa dynastie s'Ă©teindra tragiquement.

   

À la croisĂ©e des chemins de ces trois rois surgira Chrysomallos, le BĂ©lier Ă  la toison d'or qui, sur l'ordre de Zeus, scellera Ă  jamais leurs destins et le sien.

LES HASARDS DE L'HISTOIRE (décembre 2014)

 

 

Les hasards de l’Histoire, ce sont quatre rĂ©cits de femmes et d’hommes agitĂ©s de passions, de doutes, d’états d’ñme, qui ont un jour croisĂ© le chemin de l’Histoire. Ils se confient Ă  vous, se racontent, dĂ©crivent leur Ă©poque Ă  travers leur vision, leur interprĂ©tation, leurs ressentis.

La plume indiscrĂšte de l’auteur revisite le mythe d’Atalante, fĂ©ministe avant l’heure, vous livre les pensĂ©es secrĂštes de Cassandre, la muse de Ronsard, pĂ©nĂštre dans l’intimitĂ© de Gaspard de Besse, le « Robin des Bois Â» provençal, et enfin ressuscite l’époque oĂč la Corse eut un roi dont le rĂšgne Ă©phĂ©mĂšre ouvrit la voie Ă  Pasquale Paoli. Laissez-vous emporter jusqu’au bout de leurs rĂȘves, jusqu’aux limites de vies hors du commun
 Des lĂ©gendes vivantes... Des hĂ©ros ordinaires


 

Outil gratuit et accessible Ă  tous

Lancez-vous

TAURUS, la Génisse Sacrée

     PREAMBULE

L’action se situe avant, pendant et aprĂšs la Guerre de Troie (de 1194 Ă  1184 avant J-C, selon la datation de Diodore de Sicile), pendant l’Helladique RĂ©cent, pĂ©riode allant de 1650 Ă  1050 av. J-C. Les fouilles d’Heinrich Schliemann Ă  MycĂšnes (1874) et Tirynthe (1886) ont mis Ă  jour la richesse de MycĂšnes et de sa civilisation Ă  l’Helladique RĂ©cent (Masque d’Or d’Agamemnon). Les populations Ă©taient rĂ©parties en tribus : AchĂ©ens dans le PĂ©loponnĂšse, Ioniens et Minyens en Attique, Éoliens en Thessalie et en BĂ©otie, Doriens en Phthiotide et en Doride.

 

Vers 1450 avant J.C, les MycĂ©niens, peuple de guerriers conquĂ©rants, envahirent la CrĂšte et dĂ©truisirent les « nouveaux palais Â» minoens, qui avaient Ă©tĂ© reconstruits vers 1700 avant J-C, sans doute aprĂšs un tremblement de terre, puis vers 1630 / 1620 avant J-C, aprĂšs l’explosion volcanique de Santorin.

 

A partir de 1450, les MycĂ©niens, colonisant la CrĂšte, substituĂšrent peu Ă  peu leur culture Ă  celle des Minoens, provoquant ainsi le dĂ©clin d’une civilisation brillante nĂ©e sur l’üle depuis plus de 3000 ans. AprĂšs 1400, la CrĂšte n’est plus qu’une province mycĂ©nienne qui a perdu l’essentiel de son rayonnement artistique et culturel. Soucieux de maintenir un royaume CrĂ©tois, les MycĂ©niens l’établirent Ă  Kydonia, l’actuelle La CanĂ©e, un port situĂ© sur la MĂ©diterranĂ©e, dans la partie occidentale de l’üle, abandonnant l’ancien palais minoen de Cnossos, dont ils craignaient l’éventuelle rĂ©surgence, Ă  des particuliers qui le rĂ©amĂ©nagĂšrent et le rĂ©occupĂšrent.

 

Au dĂ©but du XXĂšme siĂšcle, Arthur Evans dĂ©couvrit Ă  Cnossos des tablettes d’argile couvertes d’une Ă©criture qu’il estima plus avancĂ©e que le « linĂ©aire A Â» (non dĂ©chiffrĂ© Ă  ce jour), le « linĂ©aire B Â», qui sera dĂ©chiffrĂ© en 1952 par MichaĂ«l Ventris et John Chadwick.

 

Dans le schéma ci-dessous, les termes utilisés sont retranscrits en Linéaire B (en italique gras), puis en Grec (en italique entre parenthÚses)

 

 

L’Administration centrale mycĂ©nienne : le domaine palatial

wa-na-ka (Wanax) : Le roi, qui a un rĂŽle militaire, juridique et religieux.

ra-wa-ke-ta (Lawagetas) : « Conducteur des guerriers Â», « chef de guerre Â», sans doute chef de l’armĂ©e.

te-me-no (TĂ©mĂ©nos) : Terres du domaine palatial appartenant en propre au wa-na-ka et au ra-wa-ke-ta.

ki-ti-me-na : Terres du domaine palatial liĂ©es Ă  une charge et dĂ©volues Ă  des membres de l’administration du palais, comme les te-re-ta.

te-re-ta (Telestai) : Hauts dignitaires chargĂ©s de l’administration du domaine palatial (inspecteur des impĂŽts par exemple) ou exerçant des fonctions religieuses.

e-qe-ta (Equetai) : « Compagnons Â», « chevaliers Â», dĂ©signe des officiers dĂ©pendant du palais. Ils Ă©taient chargĂ©s des missions importantes, en contrepartie de nourriture, de vĂȘtements et d’armes. Ils avaient Ă©galement des sources de revenus extĂ©rieures au palais.

ru-ra-ta-e : Musicien professionnel, littĂ©ralement « joueur de lyre Â».

 

L’Administration locale du territoire : Deux « provinces Â» divisĂ©es en « districts Â», eux-mĂȘmes divisĂ©s en da-mo (communes).

re-u-ko-to-ro : La ville proprement dite, le centre-ville. 

de-we-ra  ka-ra-i-ja : « Province proche Â», autour de la ville, sur la cĂŽte.

pe-ra  ka-ra-i-ja : « Province lointaine Â» Ă  l’intĂ©rieur des terres.

ko-re-te (Koreter) : Gouverneur de district. 

pro-ko-re-te (Prokoreter) : Sous-gouverneur de district.

ke-ke-me-na : Domaine communal cultivĂ© par des particuliers.

da-mo (Damos) : Communes : sortes de communautĂ©s agricoles gĂ©rĂ©es par des agriculteurs chefs de famille, disposant de terres qu’elles exploitent, soit en commun, soit Ă  titre personnel contre une redevance, un impĂŽt versĂ© au palais contre l’attribution de terres palatiales.

da-mo-ko-ro (Damokoros) : fonctionnaire du palais, chargĂ© de contrĂŽler la gestion des da-mo.

do-e-ro (masc.), do-e-ra (fĂ©m.) (Doulos) : Esclaves travaillant pour le compte du palais, ou serviteurs libres soumis Ă  une autoritĂ© (une divinitĂ©, par exemple).

ke-ro-si-ja (GĂ©rousia) : Conseils communaux regroupant les agriculteurs chefs de famille, ou des artisans.

pa-si-re-u (Basileus) : fonctionnaire communal qui préside le ke-ro-si-ja.